Časopis Slovo a slovesnost
en cz

Empirické mapování výslovnostního úzu u cizích slov

Tomáš Duběda

[Články]

(pdf)

An empirical study of the pronunciation of foreign words in Czech / Une étude empirique de la prononciation des mots d’origine étrangère en tchèque

A B S T R A C T
In this article, I describe the principal features of the Database of Loanword Pronunciation Variants, realised with the aim of bridging a long gap in the empirical study of Czech loanword phonology. The database contains pronunciation forms obtained for 300 phonetically problematic loans and proper names from a balanced sample of 300 Czech speakers. After considering the principles that underlie the phonological adaptation of loanwords, I describe the design of the database and the methodology used. Although the validity of the data is undoubtedly high, I note some factors that might cause bias, such as the influence of spelling or the item selection procedure. The average number of different pronunciation variants per item is 8.02 (1.97 after variants with less than 5% frequency have been excluded). 34 different paradigms of phonological variability were identified in the database. A number of criteria can be used when analysing the data: the phonological phenomenon, word type (e.g. common vs. proper noun), source language, as well as informant features (region, sex, age, education). The database represents a large sociolinguistic survey which can be used both as an empirical platform for the study of Czech loanword phonology and as a source for lexicographic work.

R É S U M É
Nous décrivons ici les principales caractéristiques de la Base de données des emprunts dans leur prononciation usuelle (http://dvucs.ff.cuni.cz), mise au point afin de combler une longue absence d’études empiriques sur la phonologie des emprunts en tchèque. La base de données contient les formes phonétiques obtenues pour 300 emprunts et noms propres présentant des difficultés phonétiques, auprès d’un échantillon équilibré de 300 locuteurs tchèques. Après avoir exposé les principes généraux qui sous-tendent l’adaptation phonologique des emprunts, nous décrivons la structure de la base de données et la méthodologie utilisée. Bien que la validité de ces données pour l’analyse de la phonologie des emprunts soit incontestable, nous mentionnons plusieurs facteurs susceptibles de causer des interférences, comme l’influence de l’orthographe ou la démarche adoptée pour la sélection des entrées. Le nombre moyen de variantes phonétiques différentes par entrée est de 8,02 (1,97 après l’exclusion des variantes ayant un effectif inférieur à 5 %). 34 paradigmes différents de variabilité phonologique ont été identifiés dans la base de données, dont certains sont typiques de langues sources particulières. Plusieurs critères peuvent être utilisés lors de l’analyse des données : phénomène phonologique, type de mot (p. ex. nom commun vs. nom propre), langue source, ainsi que les caractéristiques du locuteur (région, sexe, âge, éducation). Des exemples d’analyses sont donnés pour chacun de ces critères. Cette base de données représente une vaste étude sociolinguistique utilisable non seulement comme une plateforme empirique pour l’étude de la phonologie des emprunts en tchèque, mais aussi comme une source valable d’informations pour la lexicographie.

Key words: pronunciation, phonology, loanwords, foreign proper names, Czech, database, phonological variability
Klíčová slova: výslovnost, fonologie, výpůjčky, cizí vlastní jména, čeština, databáze, fonologická variabilita

Daný článek je on-line k dispozici v databázi CEEOL.

Ústav translatologie FF UK
Hybernská 3, 110 00 Praha 1
dubeda@ff.cuni.cz

Slovo a slovesnost, ročník 77 (2016), číslo 2, s. 123-142

Předchozí Jiří Pergler: K otázce tzv. akuzativního se v češtině: pohled (nejen) diachronní

Následující Jiří Homoláč, Kamila Mrázková, Jitka Veroňková: Protetické v- mezi statistikou a rétorikou: K článku Vliv jazykových faktorů na užívání protetického v- v pražské mluvě